15.02.2016
Quand un fascisme en appelle un autre

Dans la guerre extérieure mais aussi intérieure contre un islamo-nazisme expansionniste, il faut se donner les moyens nécessaires, tout le monde est d'accord là dessus, sauf bien sûr les conspis soraliens et les islamophiles.

Mais sous couvert de lutte contre ce fascisme, le gouvernement est en train d'en instaurer un autre en faisant adopter par l'Assemblée une constitutionnalisation de l'état d'urgence qui définit des conditions tellement vagues que ça pourrait être très dangereux si un gouvernement d'extrême droite (Sarkozy ou Le Pen) arrivait au pouvoir.

La nouvelle loi constitutionnelle commence en effet par cet article:
"L'état d'urgence est décrété en Conseil des ministres, sur tout ou partie du territoire de la République, soit en cas de péril imminent résultant d'atteintes graves à l'ordre public, soit en cas d'événements présentant, par leur nature et leur gravité, le caractère de calamité publique."

Atteintes graves à l'ordre public, événements présentant un caractère de calamité publique... ça peut être tout ce qu'un gouvernement voudra.

L'islamisme est un fascisme qui a la particularité d'en entraîner d'autres...

Plus d'infos
  Islamisme, Fascisme