22.06.2009
La répression s'intensifie en Iran

Après que le "guide suprême", l'ayatollah Ali Khamenei ait déclaré définitive la victoire d'Ahmadinejad, le ministère de l'Intérieur a prévenu Mir Hossein Moussavi qu'il "serait responsable des conséquences de tout rassemblement illégal", sachant que toutes les manifestations pro Moussavi ont été interdites par le régime. C'est donc une menace voilée d'arrestation de Moussavi.

Un dirigeant de la police, Ahmad Reza Radan, a été encore plus précis en avertissant que si des gens manifestaient, "leurs leaders seront arrêtés".

Signe de la détermination du régime, la fille de l'ancien président Hachémi Rafsandjani (ancien président et l'un des hommes les plus influents d'Iran) a été interpellée le 20 juin pour avoir participé à des rassemblements non autorisés.



Plusieurs manifestations ont quand même eu lieu. Lors de la plus importante le 20 juin, des bassidji (miliciens islamistes) ont tiré sur les manifestants, tuant 20 personnes au total.

Le régime iranien montre son vrai visage: celui d'une dictature théocratique dont le but premier est de se maintenir au pouvoir.

Du coté occidental, Obama continuer de jouer la prudence, tout en haussant le ton après les violences policières et les atteintes aux libertés publiques. "Je suis très préoccupé, compte tenu de la teneur et du ton des déclarations qui ont été faites, de savoir si le gouvernement de l'Iran est conscient que le monde l'observe. Et la façon dont il traite les personnes qui, par des moyens pacifiques, tentent d'être entendues, enverra un message clair à la communauté internationale sur ce qu'est ou n'est pas l'Iran", a déclaré Barack Obama sur la chaîne CBS News le 20 juin.

Quelques heures plus tard, dans un communiqué, Barack Obama a appelé le gouvernement iranien à cesser sa répression "violente et injuste" des manifestations d'opposition. "Nous appelons le gouvernement iranien à cesser toutes les actions violentes et injustes contre son propre peuple. Les droits universels de réunion et de liberté de parole doivent être respectés, et les Etats-Unis se tiennent aux côtés de tous ceux qui cherchent à exercer ces droits. La répression des idées ne réussit jamais à les faire disparaître. (...) Si le gouvernement iranien cherche le respect de la communauté internationale, il doit respecter la dignité de son propre peuple et gouverner via l'assentiment, et non la coercition".

La stratégie d'Obama est de défendre les droits de l'homme sans prendre parti directement pour Moussavi. Obama suit les recommandation d'un récent rapport de la CIA sur l'Iran, et où il apparait que la plupart des opposants ne sont pas pour autant pro-occidentaux. L'ingérance des Etats-Unis pourrait donc les retourner en faveur du régime dans un mouvement d'unité nationale. De plus, toute ingérance offrirait des arguments à Ahmadinejad et Khamenei pour dire que les manifestants sont manipulés par l'Occident.

Dernières photos des manifs








  Fascisme