07.08.2009
Le CO2, bon prétexte pour ponctionner davantage les citoyens

La lutte contre le réchauffement climatique va bientôt servir de prétexte pour augmenter la gabelle payée par les serfs. Vu qu'il est hors de question de taxer davantage nos chères entreprises, plus de la moitié de la taxe carbone sera payée par les consommateurs.

Michel Rocard (ex premier ministre social-libéral) à qui Sarkozy a confié la présidence de la conférence d'experts sur la taxe carbone, préconise de taxer le pétrole, le gaz et l'électricité dès 2010. La facture s'établirait autour de 300 euros par an pour un peu plus de la moitié des ménages.

Michel Rocard propose de facturer la tonne de CO2 à 32 euros dès 2009 et à 100 euros en 2030, ce qui représenterait un supplément d'environ 8 centimes d'euros par litre de carburent (7,7 centimes pour le super sans plomb et 8,5 centimes pour le diesel).

La taxe rapporterait près de 8,3 milliards d'euros dès 2010. Il faut bien ça pour renflouer les caisses de l'état après les milliards distribués aux banques.
  Sarkoland, Nouvel ordre économique, Environnement