23.03.2007
Pascal Lamy, le futur premier ministre de Bayrou ?
Interrogé par Christine Okrent dans l'émission "France Europe Express" le 18 février sur France 3, François Bayrou a affirmé qu'il avait déjà une idée de celui qui pourrait être son premier ministre. indiquant qu'il "pourrait être de gauche". Lorsque Christine Okrent lui a demandé de donner un profil du premier ministre auquel il songeait, François Bayrou a répondu "un Jacques Delors en plus jeune".

Jacques Delors était membre du parti socialiste, pro-européen convaincu, et ayant exercé de hautes fonctions à la tête de l'Union Européenne (en tant que président de la Commission). Les autres personnes qui réunissent ces caractéristiques ne sont pas très nombreuses. A première vue, on n'en voit aucune. Aucune sauf... Pascal Lamy. Comme Jacques Delors, il est membre du parti socialiste tout en étant plutôt éloigné de son idéologie. Il était le conseiller de Jacques Delors lorsque celui-ci était ministre de l'économie de 1981 à 1983. Lorsque Jacques Delors est devenu président de la Commission Européenne, Pascal Lamy fut son directeur de cabinet de 1984 à 1994. A la fin de la présidence européenne de Jacques Delors, Pascal Lamy est nommé directeur général du Crédit Lyonnais, chargé de redresser la banque et préparer sa privatisation. De 1999 à 2004, retour à Bruxelles, il devient le Commissaire européen chargé du commerce. A ce poste, il fut un grand artisan de la mondialisation et des déréglementations, chargé de négocier au nom de l'Europe les grands traités de libéralisation du commerce mondial, conduits notamment par l'OMC, l'Organisation Mondiale du Commerce dont il devient le directeur général en 2005. Pascal Lamy est également un membre important du Groupe de Bilderberg. Il est un participant assidu du World Economic Forum (Davos). Il est enfin membre de la RAND Corporation.

Les radios RTL et France Inter ont affirmé le 8 mars que le premier ministre de Bayrou serait effectivement Pascal Lamy, mais l'information n'a été ni confirmée ni démentie par le candidat centriste.

A priori, on a du mal à imaginer que Pascal Lamy accepte de quitter un poste clé dans le gouvernement mondial pour revenir s'occuper de la province France, à moins qu'il ne soit mandaté par ce gouvernement mondial pour résorber le retard français dans la voie du libéralisme. Affaire à suivre donc...


Ajout le 23.03.2007:
Epilogue de l'article précédent, Pascal Lamy a déclaré qu'il ne serait pas le premier ministre de Bayrou. Comme prévu, il souhaite conserver son poste actuel de directeur général de l'OMC (c'est à dire ministre du commerce dans le Gouvernement Mondial), plutôt que de revenir s'occuper de la sous-préfecture France.