02.05.2009
Emprisonné après avoir réçu une plaisanterie par SMS

Une autre affaire dans la lignée de celle de Tarnac et qui montre de le régime de Sarkozy a l'emprisonnement facile. Ce qui se met en place en France, c'est un régime de fascisme policier et sécuritaire exactement similaire à celui de l'ère Bush aux USA...


source: Le Courrier Picard

Stéphane, un habitant d'Abbeville (Somme), âgé de 29 ans, a reçu sur son téléphone portable un SMS étonnant: "Pour faire dérailler un train, t'as une solution?".

Le SMS était envoyé par une vague connaissance de travail. Mais voilà, ce SMS a été jugé "tendancieux" par la justice. Et le jeune menuisier s'est retrouvé en garde à vue pendant 24 heures.

Jeudi 16 avril, Stéphane a été convoqué au commissariat d'Abbeville. "Ils voulaient avoir des précisions sur ce SMS. Je m'y suis rendu sans aucune appréhension, je ne voyais vraiment pas où était le mal" confie-t-il au Courrier Picard.

Mais quand Stéphane est arrivé au commissariat, les policiers lui ont parlé d'une affaire criminelle, de terrorisme, de garde à vue qui pourrait durer jusqu'à dix jours.

Les policiers lui ont même posé la question de savoir s'il était "capable de choses farfelues comme, par exemple, faire dérailler un train".

C'est alors que les policiers lui demandent le nom du collègue qui lui a envoyé le SMS. Ils perquisitionnent chez son collègue et le ramènent au commissariat. "Je me disais, ils vont faire les vérifications et tout sera terminé. En fait, le cauchemar ne faisait que commencer" raconte Stéphane.

A 16 heures, Stéphane est placé en garde à vue, sur instruction du parquet. "C'était un véritable choc. En deux secondes, j'ai eu l'impression de devenir un vulgaire criminel. Je me retrouve dans une belle cellule jaune qui sent la pisse, j'ai l'impression d'être traité comme un chien" confie Stéphane.

La garde à vue de Stéphane ne prendra fin, que le lendemain après-midi, à 16 heures.

Explications: le téléphone portable sur lequel Stéphane a reçu le fameux SMS était un appareil prêté par son opérateur de téléphonie mobile. Et le procureur de la république d'Abbeville précise: "l'opérateur a le droit de consulter ces messages et le devoir d'alerter les autorités s'il estime qu'un crime ou un délit est susceptible d'être commis."

L'erreur de Stéphane c'est de ne pas avoir alerté les autorités après avoir reçu le SMS de son collègue... Ã?ric Fouard, le procureur de la république justifie cette garde à vue car "la procédure pénale est la même pour tout le monde, que le risque soit probable ou peu probable".

Un procureur qui met en avant le principe de précaution qui prévaut en matière de terrorisme. Car derrière cette histoire incroyable, il y a bien entendu, l'affaire de Tarnac et de Julien Coupat. C'est en tout cas l'avis du procureur d'Abbeville: "Cette actualité récente a certainement joué en sa défaveur. Je comprends que, de son côté, la garde à vue puisse paraître violente mais, dans ce genre d'affaire, on ne peut prendre aucun risque."

Stéphane se souviendra longtemps de ce SMS: "C'est totalement irréel. Je ne souhaite à personne de vivre ce que j'ai vécu."


Articles du blog à propos de l'affaire de Tarnac:
Arrestations arbitraires pour coup d'éclat médiatique
Interview du père de Julien Coupat
Interview de Benjamin Rosoux
<+SPAN>
  Fascisme, Sarkoland, Régime policier
Sélection d'articles sur les mêmes thèmes:

07.03.2011


Révolution
20.01.2011


Hyper inflation